Soutenir les retraités en situation de fragilité

Lorsque l’autonomie des retraités est fragilisée, les aides proposées par la Cnav leur permettent de bénéficier de soutien à leur domicile, de manière régulière ou temporaire, selon leur besoin.

L’aide pour bien vieillir chez soi

L’aide pour bien vieillir chez soi se traduit par la mise en place d’un plan d’action personnalisé (PAP). Ce PAP, élaboré par un évaluateur, permet aux retraités de continuer à vivre chez eux, grâce à un dispositif de conseils, d’aides financières et matérielles.

Le PAP peut intégrer :

  • des aides facilitant la vie quotidienne : services d’aide à domicile, livraison des courses, service de portage de repas, etc. ;
  • des services de sécurité : équipement en téléalarme, hébergement temporaire de jour et de nuit, etc. ;
  • des aides au maintien de la vie sociale : accompagnement aux transports et aux sorties, animations au domicile.

Le plafond annuel du PAP est fixé à 3 000 € par bénéficiaire. Il comprend les participations du retraité et la Cnav en Île-de-France. La durée maximale d’un PAP est de 12 mois.

En savoir plus sur les conditions pour bénéficier d’un PAP.

L’aide au retour à domicile après hospitalisation (ARDH)

Les périodes d’hospitalisation sont souvent des périodes particulièrement critiques pour les retraités. Le retour à domicile doit être préparé et accompagné afin de leur permettre de recouvrer leur autonomie dans les meilleures conditions.

Les aides proposées peuvent être sous forme :

  • de conseils et de recommandations ;
  • d’un plan d’action personnalisé pouvant comprendre entre autres : des services d’aide à domicile, aux transports et d’accompagnement, la livraison de courses et des médicaments, le portage de repas, etc. ;
  • de petits aménagements pour adapter son logement selon ses besoins : rampe d’escaliers, antidérapants sous les tapis, barre d’appui, etc. ;
  • des services de sécurité (équipement en téléalarme).

Les aides sont accordées pour une durée de 3 mois et sont plafonnées à un montant de 1 800 €. Il comprend les participations du retraité et de la Cnav en Île-de-France. Cette dernière est déterminée selon le niveau des revenus et peut varier entre 10 % et 73 %.

À l’issue de cette prise en charge ponctuelle, si le retraité n’a pas récupéré entièrement son autonomie, un accompagnement peut lui être proposé.

En savoir plus sur l’ARDH et les conditions pour en bénéficier.

À noter

L’ARDH est mise en place en prenant contact directement avec la structure évaluatrice intervenant sur le lieu de résidence du retraité. Celle-ci programme une visite à domicile préalablement ou pendant l’hospitalisation de sorte à mettre en place rapidement les aides nécessaires.

L’aide aux situations de rupture (Asir)

Lorsque l’on est confronté à certains événements douloureux de la vie, on peut se sentir fragilisé. La Cnav en Île-de-France accompagne ses retraités pendant cette période difficile.

L’Asir permet d’établir un PAP selon une procédure allégée afin d’apporter un soutien provisoire en réponse à un événement de vie qui perturbe le retraité : perte d’un proche, placement d’un proche en établissement, etc.

Les prestations pouvant être prises en charge :

  • l’accompagnement dans les formalités administratives ;
  • les aides au maintien de la vie sociale ;
  • les ateliers collectifs du Prif.

Les aides sont accordées pour une durée de 3 mois et plafonnées à 1 800 €. Cela comprend les participations du retraité et de la Cnav en Île-de-France. En savoir plus sur l’Asir et les conditions pour en bénéficier.

Les aides pour aménager son logement

Les aides à l’aménagement de l’habitat permettent aux retraités d’adapter leur logement pour améliorer leur qualité de vie en vue de rester chez eux le plus longtemps possible. À l’occasion d’une visite à domicile suite au dépôt d’une demande d’aide au bien vieillir, l’évaluation des besoins est utile pour conseiller et repérer les risques à domicile.

L’évaluateur :

  • délivre au retraité des conseils et des astuces pour éviter les risques de chute à son domicile ;
  • propose l’intervention d’un ergothérapeute afin d’analyser les difficultés et l’environnement du retraité. Cet ergothérapeute peut alors préconiser l’installation de petits matériels (rampe d’escaliers, antidérapants sous les tapis, barre d’appui, etc.). Ceux-ci sont pris en charge par la Cnav sous forme de forfaits allant de 50 jusqu’à 250 €, incluant l’achat et la pose ;
  • peut également recommander des travaux d’aménagement du logement pour faciliter la vie quotidienne du retraité. Dans le cadre de l’aide à l’habitat, la Cnav en Île-de-France missionne un professionnel spécialiste de l’habitat qui se rend au domicile du retraité pour déterminer les travaux nécessaires et leur coût. L’aide à l’habitat prend en charge les travaux d’aménagement des sanitaires et des toilettes, du changement des revêtements de sol, etc. Le montant de l’aide est déterminé en fonction du montant des travaux et des ressources du retraité, dans la limite d’un certain plafond.

Ces prestations peuvent être prises en charge partiellement par la Cnav en Île-de-France dans le cadre d’un plan d’action personnalisé.

En savoir plus sur les conditions pour bénéficier des aides pour aménager son logement.

À noter

Le retraité qui souhaite uniquement réaliser des travaux d’adaptation de son logement peut s’adresser directement à un opérateur habitat qui le guidera dans ses démarches. La Cnav en Île-de-France renforce ainsi son partenariat avec les acteurs du parc social pour favoriser pour favoriser l’adaptation des logements sociaux au vieillissement des locataires retraités.

Différentes conventions ont été signées avec des prestataires spécialistes de la problématique de l’adaptation du logement, de la problématique de l’adaptation de l’habitat. Les objectifs ? Évaluer les besoins et organiser la réalisation des travaux au domicile principal des retraités.


Documents associés

fleche-haut
Partager :
  • email
  • facebook
  • twitter